Logo ChoixPC


Article mis à jour le 20/07/2017


Guide de montage et d'upgrade PC


Ce guide illustré par des vidéos a pour objectif de permettre de monter son PC soi même, d'upgrader son PC soi même ou encore de démonter soi même son PC pour le dépanner en changeant un composant.


.

Les différentes étapes de l'assemblage sont présentées ci-dessous dans l'ordre chronologique.

Afin de pouvoir consulter les différentes étapes du montage d'un PC, cliquez sur le titre de l'étape ou cliquez sur le "+" ci-contre à droite pour toutes les consulter.

  • Introduction : pourquoi faire le montage soi même ?

    Plus les années passent, plus l'assemblage des pièces constituant un PC est une opération simple du fait de la normalisation des différents composants, à condition évidemment de bien les avoir choisis et de respecter quelques règles élémentaires qui seront évoquées dans ce guide.

    Pour autant, cette opération de montage peut être une prestation assurée par votre vendeur : les sites de vente en ligne comme LDLC proposent ainsi, pour une somme assez raisonnable en regard du coût total de l'acquisition, de réaliser cette assemblage à votre place et votre vendeur de proximité pourrait bien vous offrir cette prestation, son coût étant alors inclus dans le prix des différents composants de la machine.

    Le premier avantage est alors un gain de temps car pour un grand débutant assembler un PC prend souvent environ 3h00, hors installation logicielle, mais l'étape de documentation préalable peut être bien plus longue. Le second avantage est l'assurance que si un composant devait être défectueux d'origine vous n'aurez pas à gérer ce cas particulier. Même si cela se produit rarement, il faudra alors diagnostiquer quelle est la pièce défectueuse et procéder à son échange auprès de votre vendeur informatique. Tout comme ils pourront vous aider à choisir les pièces constituant votre machine, les bénévoles animant les forums seront à même de vous aider dans ce cas de figure. Si vous avez acheté en ligne sur un site sérieux, les techniciens de ce dernier vous aideront aussi afin que vous puissiez leur retourner la bonne pièce : notez cependant qu'il est alors préférable de ne pas avoir dispersé ses achats sur un trop grand nombre de sites différents afin de simplifier le retour SAV, tout particulièrement pour le trio Processeur, Carte mère et Mémoire. Même avec de l'aide, la situation est alors un peu stressante, tout particulièrement pour un débutant, et frustrante du fait des quelques jours d'attente liés à l'échange de la pièce.

    Mais alors, puis-je et dois-je réaliser cette assemblage moi-même ? Quel(s) intérêt(s) finalement ai-je à le faire ?

    Si votre budget est très serré, l'intérêt peut être financier. Au delà de ce cas précis, faites le montage de votre PC si vous en avez l'envie, tout simplement. Autrement dit, faites-le si vous êtes poussé par le goût du savoir et votre curiosité naturelle. En effet, si vous êtes un minimum soigneux, patient, documenté et que vous avez le temps il n'y a pas de raison de vous refuser cette étape car il n'y a pas de gros risque d'erreur : les composants critiques étant équipés de détrompeurs empêchant une erreur de montage, l'assemblage s'apparente finalement à une forme de Lego.

    Ajoutons qu'outre le plaisir et la satisfaction de l'avoir effectué vous même, avoir réalisé l'assemblage de votre machine vous permettra d'être plus à même d'intervenir sur votre machine en cas d'évolution matérielle ou encore de panne matérielle. Cela peut donc aussi constituer une forme d'investissement pour le futur.

    Précisons aussi que dans le cadre de la vente par correspondance, suivant les boutiques et leurs CGV, le droit de rétractation suite à un achat peut ne pas s'appliquer dans le cadre d'une configuration assemblée (point n°3 du L121-20-2) : commander les pièces et faire le montage vous permet d'être sur de bénéficier du droit de rétractation.

    Enfin, dans le cas particulier où vous auriez des relations très privilégiées avec votre magasin de proximité, notez que vous pouvez lui demander l'autorisation de procéder à l'assemblage de votre machine dans ses locaux, en présence d'un technicien. L'inconvénient pour le magasin sera la perte de temps qu'occasionnera inévitablement votre présence et de fait cette possibilité restera certainement plus accessible chez les "petits" assembleurs. De manière similaire, si vous avez la possibilité de réaliser le montage sous l'oeil avisé d'un proche expérimenté, n'hésitez pas !

    Enfin, pour commencer dans la bonne humeur, voici une vidéo "Making of" permettant de ne pas perdre de vue que ChoixPC reste un "site perso" réalisé par un particulier ;-)

  • Recommandations avant de commencer :

    Avant de débuter voici quelques conseils afin que l'assemblage se déroule dans les meilleures conditions possibles.

    - La visserie : elle sera pour l'essentiel livrée avec le boîtier. Voici les différents types de vis que vous pouvez rencontrer durant le montage d'un PC :

    La visserie

    La visserie

    Le modèle 1 sert à fixer les disques durs 3.5", à fixer les cartes d'extension (comme la carte graphique) et à monter l'alimentation dans le boîtier. Ce type de vis est fournie avec le boîtier et parfois aussi avec le disque dur mais peut être acquis séparement.

    Le modèle 2 sert à fixer la carte mère au boîtier, fixer les lecteurs optiques et à fixer les SSD 2.5". Ce type de vis est fournie avec le boîtier et parfois aussi avec le SSD ou le lecteur optique mais peut être acquis séparement.

    Le modèle 3 sert à fixer les éventuels ventilateurs boîtiers supplémentaires. Ces vis sont souvent fournies avec ces derniers ou peuvent être acquises par ailleurs.

    Le modèle 4 correspond aux entretoises qui serviront à surélever la carte mère.

    Le modèle 5 est plus rare et se rencontre dans certains boîtiers haut de gamme équipés de rondelles antivibrations pour les disques durs.

    Le modèle 6 est une vis à main utilisée pour fixer le panneau latéral des boîtiers.

    Le modèle 7 remplace la vis 3 et sert à fixer les ventilateurs au boîtier tout en amortissant leurs vibrations. Il est présent d'origine avec certains ventilateurs haut de gamme ou peut être acquis par ailleurs.

    - Les outils et éléments à assembler : préparez les différents composants à assembler, les instructions (guide de montage, manuels dont celui de la carte mère) et vos outils. Vous aurez besoin d'un tournevis cruciforme en bon état, d'un tournevis plat et éventuellement d'une pince à épiler. Prévoir quelques petits récipients pour la visserie et autres petites pièces peut faciliter la vie du débutant. Vous pouvez utiliser un tournevis aimanté qui se révélera fort pratique pour récupérer une vis tombée ou encore positionner une vis dans un endroit difficile d'accès. Si vous souhaitez soigner le rangement des câbles dans votre boîtier, vous utiliserez des serres-câbles.

    Le processeur, généralement vendu en version "BOX", sera livré avec un ventirad approprié accompagné d'un pad thermique. Si vous avez opté pour un ventirad optionnel plus performant et plus discret (ou encore indispensable dans le cas d'un processeur "BULK" cad vendu nu) il sera livré avec de la pâte thermique.

    Très généralement les nappes qui vous permettront de relier les composants à la carte mère seront livrées en quantité suffisante avec cette dernière, sauf éventuellement si vous avez vraiment un grand nombre de périphériques (disques durs, SSD, lecteurs/graveurs optiques) à relier. Pour référence, la plupart des cartes mères sont livrées avec au moins 2 nappes SATA.

    - Le plan de travail : travaillez en hauteur, sur une grande table et surtout pas sur une moquette ou tout autre surface susceptible de générer de l'électricité statique. Les composants électroniques craignent ces décharges que vous prenez par exemple quand vous poussez un caddy de grande surface. L'idéal est de ne pas porter de pull mais des vêtements en coton et à chaque fois que vous sortez une pièce d'un emballage ESD (Electric Static Discharge, en espèce de plastique noir) de préalablement vous décharger : pour ce faire vous pouvez toucher la carcasse métallique de tout appareil électrique (branché mais pas nécessairement allumé) ayant une prise de terre. Enfin, vous manipulerez les différentes pièces en évitant toucher leurs connecteurs et composants.

    Essayez d'être organisé, tout particulièrement si c'est votre premier montage : positionnez par exemple les pièces à monter à gauche, la zone de montage au centre, les outils et pièces en cours devant vous, les emballages à conserver à droite, les détritus dans un carton derrière.

    - Pendant le montage : ne vous énervez pas, ne procédez pas en force et ne vissez pas trop fort, ne mangez pas et ne buvez pas au-dessus de l'ordinateur. En cas de doute, n'hésitez pas à poser la question sur le forum ou encore à un proche compétent. Essayez de faire le montage de votre machine un jour "ensoleillé" et où vous avez vraiment le temps pour cela.

    Si c'est votre premier montage et que vous avez des pièces un peu exotiques qui ne seraient pas évoquées dans ce guide (rhéobus, carte son avec rack façade, etc...) vous pouvez envisager d'en faire abstraction lors du montage initial : vous pourrez les ajouter plus sereinement après avoir vérifié que le reste fonctionne.

    - Débranchez le cordon d'alimentation de votre PC : ceci vaut tout particulièrement si vous procédez à une modification de votre PC.

    - Prenez le temps de vous familiariser avec la carte mère :

    La carte mère

    La carte mère

    A partir de cette image commentée d'une carte mère ATX classique essayez d'identifier sur votre carte mère les différents éléments signalés ci-dessus afin de vous familiariser avec ces derniers et leurs dénominations respectives.

    En complément, je vous recommande vivement de prendre maintenant le temps de feuilleter la documentation de votre carte mère : recherchez-y tout particulièrement la vue schématique complète en pleine page (comme celle-ci dessous), vue qui se trouve dans le premier quart de la documentation très généralement. Vous allez elle aussi pouvoir la mettre en correspondance avec votre carte mère : cette étape n'est pas une perte de temps, vous aurez besoin par la suite de repérer des informations sur ce schéma. En effet, toutes les cartes mères étant légèrement différentes ce guide ne peux être parfaitement spécifique à votre carte mère.

    Vue schématique carte mère

    Si vous faites cet effort maintenant, la suite vous semblera d'autant plus facile. Si vous n'êtes pas à l'aise en anglais et que la documentation de votre carte mère est dans cette langue, repérer des informations sur ce schéma ne vous posera pour autant pas de difficulté mais souvent les grands constructeurs de carte mère proposent en téléchargement une version française de cette documentation.

    Pour travailler sur la carte mère posez la sur la mousse souvent livrée avec cette dernière ou sur sa boite cartonnée plutôt que directement sur la table.

  • Monter l'alimentation dans le boîtier :

    Pour accéder à l'intérieur du boîtier, il vous suffit généralement de dévisser les 2 à 3 vis arrières qui retiennent le panneau latéral gauche (panneau gauche lorsque vous êtes face au boîtier). Sur certains modèles anciens, il se peut que les deux panneaux latéraux soient solidaires et forment ainsi un U renversé ce qui fait que vous aurez plus de vis à ôter. D'autres modèles plus hauts de gamme utilisent parfois des systèmes de poignée et de portes articulées ou encore impliquent d'ôter le panneau supérieur pour que les panneaux latéraux soient accessibles.

    Image boîtier

    A l'intérieur du boîtier vous trouverez de la visserie compatible avec ce dernier ainsi qu'un câble d'alimentation si le boîtier est livré avec une alimentation montée d'origine.

    A contrario, si l'alimentation n'était pas fournie avec le boîtier, le moment est venu de la mettre en place. Généralement elle s'insère par l'intérieur du boîtier et vient se loger dans la partie arrière supérieure ou inférieure du boîtier. Fixez l'alimentation au châssis du boîtier via 4 vis (fournies avec le boîtier), depuis l'extérieur du boîtier.

    Normalement vous ne pouvez pas vous tromper de sens, les 4 trous pour ces vis n'étant pas symétriquement disposés. Précisons tout de même que le ventilateur de l'alimentation ne doit jamais se trouver positionné contre une paroi sans grille d'aération. Plus précisément, dans le cas d'une alimentation classique disposant d'un ventilateur 120mm, celui-ci doit généralement être orienté vers l'intérieur du boîtier où il aspirera l'air afin de le rejeter à l'extérieur via la grille de l'alimentation visible à l'arrière du boîtier. Si l'alimentation est montée en bas du boîtier (respectivement en haut du boîtier) cela impliquera que son ventilateur soit orienté vers le haut (respectivement vers le bas).

    Cette règle n'est pas immuable dans le cadre d'un montage de l'alimentation en bas du boîtier. En effet, si une prise d'air suffisante est prévue dans le fond du boîtier, vous pouvez monter l'alimentation avec son ventilateur vers le bas, tout en sachant que :

    - si l'alimentation prend l'air frais sous le boîtier via une grille ajourée dans le boîtier, il est vivement recommandé qu'un filtre à air soit présent afin qu'elle n'aspire pas trop de poussières : en l'absence de filtre, monter l'alimentation en bas avec son ventilateur vers le haut sera préférable.

    - puisque l'alimentation utilisera de l'air frais pour se refroidir elle aura tendance à moins accélérer sa ventilation mais en contrepartie elle ne contribuera plus à la circulation d'air dans le boîtier. Il vous appartient de choisir selon votre priorité.

    Rangez provisoirement les différents câbles provenant de l'alimentation dans la partie inférieure (ou supérieure suivant la position de l'alimentation) du boîtier afin qu'ils ne vous importunent pas durant la suite de l'installation. Nous verrons plus tard comment utiliser ces différents câbles.

  • Enlever les languettes métalliques du boîtier :

    Sur certains boîtiers, après avoir enlevé la façade du boîtier ou encore les caches plastiques qui se trouvent à l'avant devant les emplacements 5" 1/4 et 3" 1/2, vous devrez oter les grandes languettes métalliques se trouvant derrière afin de pouvoir monter le lecteur/graveur optique et/ou l'éventuel lecteur de carte mémoire. Oter ces languettes métalliques peut se révéler assez dur : soyez attentifs à ne pas vous couper et, au besoin, aidez vous d'un tournevis afin de faire "jouer" le métal qui est prédécoupé.

    Ceci fait, posez le boîtier à plat sur la table afin de travailler plus confortablement.

    NB : de même, il se peut que vous ayez à oter un certain nombre de languettes métalliques sur la face arrière du boîtier afin de pouvoir monter les cartes d'extension. Si vous êtes dans ce cas de figure, vous devriez avoir des équerres métalliques fournies avec le boîtier pour refermer les éventuels trous à l'arrière qui correspondraient à une erreur ou au déplacement d'une carte. Il vous faut cependant avoir monté la carte mère pour pouvoir situer en face de quelle carte d'extension se trouve la languette métallique à oter et donc vous ferez cette opération ultérieurement.

  • Placer le cache arrière carte mère dans le boîtier ("IO Shield" ou "gasket") :

    Cette petite plaque métallique rectangulaire fournie avec la carte mère est aussi appelée "IO Shield" ou encore "gasket". C'est à travers cette dernière que les différents ports externes de la carte mère seront accessibles à l'arrière du boîtier.

    Dans votre boîtier, il peut y avoir une plaquette métallique d'origine et vous devrez alors l'enlever (cf. la vidéo) afin de pouvoir la remplacer par celle fournie avec la carte mère.

    Pour mettre en place la plaquette métallique spécifique à la carte mère, insérez là par l'intérieur du boîtier, positionnez là en regard du trou prévu à cet effet et appuyez fortement afin qu'elle se clipse au boîtier. Prenez garde à orienter correctement cette plaquette : si besoin aidez vous de la position des connecteurs sur la carte mère. Contrôlez visuellement depuis l'extérieur et depuis l'intérieur du boîtier que la nouvelle plaquette est correctement insérée.


    NB : parfois il faut retirer certains bouts de métal pré-découpés de la plaquette fournie avec la carte mère afin qu'elle corresponde parfaitement aux connecteurs de cette dernière. Ceci vient du fait que la plaquette est souvent commune à une gamme de cartes mères qui n'ont pas toutes les mêmes connecteurs.

  • Mettre les entretoises sur le fond du boîtier :

    Sur la grande plaque métallique au fond du boîtier (toujours ouvert et posé à plat sur votre plan de travail) vous devez maintenant mettre en place les entretoises (modèle 4) fournies avec le boîtier sur lesquelles la carte mère viendra se fixer.

    Le rôle de ces entretoises est de surélever légèrement la carte mère afin que cette dernière ne puisse pas entrer en contact avec le fond du boîtier et ainsi qu'il ne puisse pas y avoir de court-circuit. Elles sont donc indispensables. Ces entretoises sont métalliques et viendront en contact avec des zones métalliques de la carte mère au niveau des vis de fixation : tout ceci est normal et ne pose pas de soucis de sécurité pour votre matériel.

    Sur les boîtiers actuels, ces entretoises se vissent manuellement sans difficulté. Certains fond de boîtiers peuvent avoir d'origine des entretoises en place ou encore des extrusions en lieu et place de certains trous pour entretoises. Dans tous les cas, utilisez les entretoises fournies avec votre boîtier et n'hésitez pas à vous reporter à la documentation fournie avec ce dernier.

    Afin de s'adapter à différents formats de cartes mères, le fond du boîtier dispose de plus de trous que nécessaire pour la mise en place des entretoises permettant la fixation de votre carte mère. Vous devez impérativement repérer quels sont les trous à utiliser suivant votre carte mère afin de ne pas mettre plus d'entretoises qu'il n'existe de trous de fixation dans la carte mère, au risque de créer des courts-circuits. Pour ce faire, vous pouvez poser temporairement la carte mère sur le fond du boîtier avec pour repère de position le fait de bien faire correspondre les connecteurs externes avec la plaque métallique du cache arrière. Des indications des trous à utiliser suivant le format de votre carte mère (généralement ATX ou µATX) figurent aussi parfois sur le fond du boîtier. Si des entretoises en place d'origine ne correspondent pas à votre carte mère, vous devez les enlever.

    Entretoise boitier

    L'image ci-dessus est relative à un boîtier et à une carte mère ATX standard, incluant donc 9 points de fixation. Le nombre de points de fixations de la carte mère varie suivant leur taille et les modèles mais les cartes mères actuelles de grande taille (format ATX) demandent généralement 6 à 9 points de fixation. Dans tous les cas, n'hésitez pas à mettre en place tous les points de fixation pour votre carte mère afin que celle-ci dispose d'un bon support. Notez que suivant votre format de carte mère et de boîtier, vous n'utiliserez pas nécessairement toutes les entretoises fournies avec le boîtier.

    NB :

    - Sur certains boîtiers haut de gamme, la grande plaque métallique sur laquelle se fixe la carte mère est amovible ce qui peut alors faciliter le montage des entretoises puis ultérieurement la fixation de la carte mère sur ces dernières.

    - Autour du Socket processeur vous trouverez parfois 4 trous disposés symétriquement : ces derniers n'ont pas à être utilisés pour la fixation de la carte mère étant donné qu'ils serviront à la fixation du ventirad processeur. De fait ils ne correspondront d'ailleurs pas à des emplacements possibles d'entretoises sur le fond du boîtier.

  • Mettre le processeur dans le socket de la carte mère :

    Afin de limiter les risques liés à l'électricité statique (cf. plan de travail) comme les risques mécaniques, manipulez le processeur en le tenant par ses bords c'est à dire en évitant de toucher aux broches (ou aux contacts) de ce dernier. De plus, laissez-le dans sa boite plastique jusqu'au moment du montage.

    Même si, suivant les Socket, les processeurs sont physiquement différents de par leur nombre de broches ("pins") ou de contacts, le principe est toujours le même. Le processeur est à placer dans le Socket de la carte mère et ce dernier ne peut recevoir le processeur que dans une seule position d'une fait d'une disposition non symétrique des broches. Dans le cas d'un processeur dépourvu de broches, c'est à dire à contacts, c'est la présence de détrompeurs sur le bord du processeur et du Socket qui définit le sens de positionnement.

    Précisons que dans le cas d'un processeur disposant de broches, un symbole (triangle doré en général) est présent sur un angle de ce dernier ainsi que sur le Socket de la carte mère ce qui permet de repérer le sens de positionnement bien plus facilement que par un examen visuel de la position des broches et des trous dans le Socket. Bien entendu, le symbole présent sur le processeur est à placer en vis à vis de celui présent sur le Socket de la carte mère.

    Pour dégager le levier situé sur le côté d'un Socket vous devez légèrement appuyer dessus, puis légèrement le décaler vers l'extérieur du Socket : de là vous pourrez le relever. L'opération inverse, tant pour l'ordre des opérations que pour le sens des mouvements, étant bien sur à appliquer pour le ramener en position fermée.


    Dans le cas d'un processeur à contact : (Socket LGA 775, 115x, 2011...). Comme illustré dans la vidéo, soulever (à environ 135°) le levier vous donne accès à un rabat métallique que vous devez aussi soulever (à environ 135°). Vous avez alors un accès facile au cache de protection des broches du Socket (en plastique noir généralement), cache qu'il vous faut ôter. Conservez-le car si vous devez faire un retour SAV de la carte mère, il conviendra de le remettre en place.

    Vous avez alors un accès direct aux broches du Socket : soyez attentif à ne pas les toucher, elles sont très fragiles.

    Retirez maintenant le cache de protection du processeur en le tenant par les bords (entre le pouce et l'index) et en veillant tout particulièrement à ne pas toucher sa partie inférieure.

    Toujours en tenant le processeur entre le pouce et l'index, alignez vos doigts avec la découpe du Socket (voir la vidéo) afin de pouvoir ensuite mettre le processeur délicatement dans ce dernier. Descendez maintenant le processeur dans le Socket en respectant les encoches qui servent de détrompeurs afin d'insérer délicatement le processeur à l'horizontale sans l'incliner ni le faire glisser latéralement dans le Socket. Ceci fait abaissez le rabat métallique sur le processeur : à cet instant, ce rabat ne se ferme pas parfaitement du fait de la présence du processeur. Tout en appuyant sur ce rabat avec votre doigt, il vous reste à rabaisser le levier et à le remettre dans sa position originale (c'est à dire bloqué en position fermé) ce qui aura pour effet d'appliquer de la pression sur le processeur par l'intermédiaire du rabat métallique : il est donc normal que vous rencontriez une légère résistance lorsque vous abaissez le levier.


    Dans le cas d'un processeur à broches (Socket FMx, AMx...) : pour monter le processeur vous devez d'abord soulever (à environ 90°) le petit levier situé sur le côté du Socket puis le présenter dans le bon sens grâce au repère. Ce repère consiste en un triangle doré présent sur un angle du processeur ainsi que dans un angle du Socket et bien entendu il convient de les faire correspondre.

    Le processeur doit rentrer tout seul (il tombe littéralement dans le Socket) et il n'y a absolument pas lieu de forcer : si tel n'est pas le cas il y a de grandes chances que vous n'ayez pas présenté le processeur dans le bon sens ou encore que vous ayez oublié de lever le levier. Il se peut aussi qu'une des broches du processeur soit légèrement tordue et en dernier recours vous pouvez tenter de redresser légèrement une broche avec, par exemple, une lame de cutter.

    Avant de rabaisser le levier afin de bloquer le processeur dans le Socket, vérifiez visuellement que le processeur est bien à plat et bien entré dans le Socket. Une légère résistance peut se présenter lorsque vous abaissez le levier, elle est normale.

  • Monter la mémoire sur la carte mère :

    Afin de limiter les risques liés à l'électricité statique (cf. plan de travail), manipulez les barrettes en évitant de toucher aux connecteurs cuivrés et aux différents circuits : pour ce faire, tenez les par exemple par les extrémités, entre le pouce et l'index, comme illustré sur la vidéo.

    Les barrettes mémoires ont une à plusieurs encoches : ces dernières sont disposée(s) de manière non symétrique sur la barrette et située(s) à différents endroits suivant leur technologie.

    Les slots mémoire de la carte mère ayant eux une à plusieurs bosses correspondantes servant de détrompeur, il n'est pas possible d'insérer une barrette mémoire non compatible dans un slot de la carte mère. Pour la même raison, vous ne pouvez insérer la barrette que dans un seul sens et donc vous ne pouvez pas vous tromper.

    Repérez le sens d'insertion de la barrette mémoire en faisant correspondre l'encoche et le bossage du slot de la carte mère. Pour installer une barrette mémoire, il vous suffit maintenant d'écarter les loquets blancs situés à chaque extrémité, de placer la barrette verticalement sur son emplacement puis de l'enfoncer : dans la mesure du possible, insérez la barrette bien horizontalement c'est à dire en appuyant autant à chaque extrémité (utilisez vos deux mains). Lorsque le module est correctement enfoncé, les loquets à chaque extrémité se relèvent vers l'intérieur et viennent le bloquer.

    Dans certains cas, la barrette peut être assez dure à insérer mais si tel est le cas pensez tout de même à vérifier que l'encoche de la barrette est bien en regard de la bosse du slot mémoire c'est à dire que vous l'avez présentée dans le bon sens.

    NB :

    - Si votre plate-forme gère le dual channel, pour en bénéficier et profiter du léger gain de performances, les barrettes mémoires doivent avoir les mêmes spécifications et être montées par paire dans certains slots mémoire (de là le dual channel s'activera automatiquement). Très généralement, sur les cartes mères récentes, les slots mémoire à utiliser par paire sont les slots 1+3 et 2+4 mais ce n'est malheureusement pas une règle absolue : pour savoir avec certitude ce qu'il en est avec votre carte mère vous consulterez sa documentation afin de monter une barrette dans chaque canal (et ainsi activer le "double canal").

    - Si votre carte mère dispose de plus de 4 slots mémoire, vous vérifierez dans la documentation de la carte mère que certains slots mémoire ne doivent pas être remplis en priorité pour que la carte mère puisse démarrer.

  • Monter le ventirad "BOX" sur le processeur :

    L'installation des ventirads fournis avec les processeurs en version"BOX" est plutôt aisée. Tout d'abord commencez par ôter l'éventuel film plastique protecteur présent sur le pad thermique se trouvant sur la semelle du radiateur. Si vous avez prévu d'utilisez de la pâte thermique en lieu et place du pad thermique d'origine, le moment est venu d'ôter le pad thermique et de mettre en place la pâte thermique.

    Ventirad INTEL BOX (Socket LGA 775, 115x, 2011...) : comme visible dans la vidéo, il vous faut placer le radiateur sur le processeur de manière à ce que les quatre "picots" de fixation soient en face des trous de la carte mère et que le câble d'alimentation du ventilateur soit suffisamment près de son connecteur dénommé CPU FAN : cf. la carte mère elle-même ou encore sa documentation pour le situer. Une fois positionné, le ventirad se fixe en appuyant fermement sur les différents ergots placés aux quatre coins de ce dernier, de préférence en procédant par quinconce. Notez que contrairement aux autres ventirads ce modèle doit être monté après la fixation de la carte mère dans le boîtier, ce qui est d'ailleurs illustré sous cette forme dans la vidéo de ce guide.

    Ventirad AMD BOX (Socket FMx, AMx...) : le radiateur se loge dans le cadre noir entourant le Socket. Le radiateur est symétrique ce qui fait qu'il est possible de le monter de deux manières différentes : suivant la disposition des éléments sur votre carte mère, choisissez la position vous permettant l'accès le plus facile à la patte de fixation comportant un levier de verrouillage. Passez ensuite l'orifice du système d'attache opposé au système de verrouillage dans l'ergot du Socket en inclinant si besoin légèrement le radiateur : suite à cette opération, le radiateur doit cependant reposer à l'horizontale. Si elle est bien en position déverrouillée, la seconde attache du radiateur se place facilement dans le crochet du Socket : pour solidariser le ventirad, il vous suffit désormais de tourner le levier vers la droite (d'environ 180°). A l'issue de sa rotation, ce levier pourra être verrouillé à une attache du Socket.

    Pour finaliser l'installation et quel que soit le socket, n'oubliez pas de brancher l'extrémité du câble d'alimentation du ventilateur à la prise "CPU FAN" de la carte mère : du fait de la présence d'un détrompeur, vous ne pouvez pas vous tromper de sens.

    Pour mémoire, si vous démarrez votre PC sans avoir correctement monté un radiateur sur le processeur, ce dernier risque d'être détruit dans les secondes qui suivent tant la densité du dégagement thermique est importante.

  • Mettre la pâte thermique et monter le ventirad alternatif sur le processeur :

    L'usage d'un ventirad alternatif, en lieu et place du ventirad "BOX" souvent fourni par défaut, est facultatif mais permet un refroidissement plus discret et/ou plus efficace. Alors qu'un pad thermique est pré-appliqué sur le ventirad "Box", la mise en place de pâte thermique est généralement nécessaire avec un ventirad alternatif :

    Pour ceux d'entre vous qui sont perplexes du fait de la variété des modes d'applications possibles pour la pose de la pâte thermique, sachez que les méthodes d'application préconisées varient car elles dépendent de la viscosité de la pâte thermique relativement à la pression exercée par le ventirad utilisé. De fait, si vous utilisez la pâte thermique fournie avec un ventirad de marque vous pouvez vous référer à la méthode suggérée par ce constructeur. Dans le doute, la méthode consistant à étaler une très fine couche (avec une carte téléphonique par exemple) présente le gros avantage de limiter le risque qu'il y ait trop de pâte thermique même si elle peut être délicate à mettre en oeuvre en présence de pâte thermique à très forte viscosité. Ajoutons aussi à ce paragraphe que, pour les plus inquiets face à cette opération, la Zalman ST-G1 est une pâte thermique déjà très performante et vraiment très facile à appliquer car elle se met en place avec le pinceau fourni dans le tube.

    Une fois la pâte thermique mise en place, vous pouvez procéder au montage du ventirad alternatif : il n'y a pas lieu d'attendre que la pâte thermique sèche mais vous n'avez pas à vous dépêcher pour autant car la pâte thermique ne sèche guère.


    Bien souvent et comme illustré dans cette vidéo, le montage des ventirads optionnels doit être réalisé avant la mise en place de la carte mère dans le boîtier ce qui implique qu'il peut être nécessaire de sortir la carte mère du boîtier en cas d'upgrade du ventirad processeur. Dans le cas du montage en dehors du boîtier d'un ventirad optionnel type LGA avec picots (c'est à dire utilisant le même système de fixation que le ventirad INTEL "BOX" fourni par défaut avec les processeurs LGA), il est conseillé de disposer de petites cales en matériau mou non conducteur (en bois par exemple) sous la carte mère à proximité de chacun des trous de fixation. Cette astuce permettra de laisser la carte mère à plat lorsque vous appuierez sur les picots, limitera les efforts mécaniques et évitera de risquer de la tordre.

    Le montage des ventirads optionnels ne peut être et ne sera pas abordé exhaustivement dans ce guide du fait que la méthode d'installation variera d'un modèle à l'autre. A titre d'exemple le montage d'un Zalman 9500 est cependant illustré dans la vidéo disponible ci-dessus. Les grands constructeurs de ventirads alternatifs fournissent des documentations détaillées de qualité qui permettent généralement l'installation de ces produits sans difficulté majeure.

    Toujours à propos des ventirads optionnels, certains modèles de type "Tour" (et donc disposant d'un flux d'air parallèle à la carte mère) peuvent être montés suivant différentes orientations. Lorsque ceci est possible, le meilleur montage consistera à aligner le flux d'air sortant du radiateur avec un ventilateur du boîtier ceci afin que l'air chaud soit le plus rapidement possible extrait du boîtier. Dans le cas des boîtiers disposant de ventilateurs à l'arrière et au sommet, le meilleur choix sera, toujours lorsque c'est possible, d'aligner le flux d'air sortant du radiateur avec le ventilateur situé au sommet du boîtier. Ceci afin de profiter au mieux des courants de convection et parce que très généralement le ventilateur situé au sommet du boîtier est celui de plus grand diamètre.

    Pour finaliser l'installation, n'oubliez pas de brancher l'extrémité du câble d'alimentation du ventilateur à la prise "CPU FAN" de la carte mère : du fait de la présence d'un détrompeur, vous ne pouvez pas vous tromper de sens.

    Pour mémoire, si vous démarrez votre PC sans avoir correctement monté un radiateur sur le processeur, ce dernier risque d'être détruit dans les secondes qui suivent tant la densité du dégagement thermique est importante.

  • Fixer la carte mère au boîtier :

    Visser la carte mère au boîtier est une manipulation parfois plus délicate qu'il n'y paraît et qui n'est en fait pas totalement exempte de risques, contrairement à ce que l'on pourrait penser de prime abord.

    Les différents ports externes de la carte mère (accessibles à l'arrière du boîtier une fois le montage terminé) doivent passer dans les orifices du cache arrière du boîtier mis en place précédemment. La difficulté vient pour l'essentiel du fait que la plaquette métallique constituant le cache arrière du boîtier comporte des pattes métalliques souples (voir la vidéo) qui se comportent comme des ressorts et qui ont tendance à repousser la carte mère. Le risque bien réel et trop souvent ignoré réside dans le fait que l'une de ces pattes métalliques souples ne vienne malencontreusement s'insérer dans un des connecteurs de la carte mère (Ethernet, USB, ...) ce qui pourrait endommager la carte mère du fait d'un possible court-circuit. Vous vérifiez donc à deux fois ce qu'il en est et si besoin vous redresserez manuellement les pattes métalliques qui seraient coupables avant de re-engager la carte mère dans le cache arrière du boîtier.

    Une fois que la carte mère est bien en place vous pouvez la visser aux entretoises (avec des vis de type 2) : il n'est pas nécessaire de serrer très fortement. Quand la tête de la vis est en contact avec la carte mère il faut arrêter à la première résistance.

  • Mettre en place les cartes d'extension (carte graphique, carte réseau Wifi et autres) :

    Si vous utilisez une carte graphique intégrée à la carte mère il se peut que vous n'ayez aucune carte d'extension à mettre en place, la carte son et la carte réseau filaire étant elles aussi intégrées à la carte mère.

    Ceci précisé, le montage des cartes d'extension est une opération assez simple : si besoin, afin de repérer les connecteurs d'extension (PCI, PCI-E 1x et PCI-E 16X) sur la carte mère, reportez-vous à la vue commentée et à la documentation de votre carte mère.

    Avant d'insérer une carte d'extension il est nécessaire de retirer le cache métallique correspondant sur la face arrière du PC (cf. la vidéo) : certaines cartes d'extension occupent deux emplacements à l'arrière du boîtier et pour ces dernières vous devrez donc retirer deux caches métalliques.

    Suivant le type de boîtier, les caches métalliques peuvent être des équerres métalliques à dévisser ou des languettes métalliques prédécoupées. Dans ce dernier cas, vous devrez faire jouer le métal afin de les désolidariser comme pour les emplacements 5" 1/4 à ceci près que vous serez très attentif à ne pas toucher la carte mère. Pire cas, si l'opération se révèle trop délicate du fait de la présence de la carte mère, localisez la ou les languettes métalliques à ôter et prenez le temps de retirer la carte mère pour ôter ces languettes métalliques en toute sécurité.

    Ceci fait, la procédure d'insertion est la même quelle que soit la connectique de la carte d'extension (PCI, PCI-E 1x et PCI-E 16X). En tenant la carte d'extension par les bords afin d'éviter de toucher ses composants et connecteurs, présentez-la perpendiculairement à la carte mère à la verticale du slot d'extension et glissez l'extrémité de la plaque métallique qui assure la jonction avec l'arrière du boîtier entre la paroi de ce dernier et le rebord de la carte mère, en étant attentif à ne pas heurter cette dernière. Une fois la carte d'extension positionnée dans son port, il vous suffit d'exercer une pression verticale pour qu'elle descende dans son logement : les connecteurs cuivrés doivent y disparaître.

    Il vous reste à fixer la carte d'extension au boîtier : très généralement cela se fait avec une simple vis (de type 1) mais certains boîtiers utilisent des systèmes pivotant que l'on ouvre et referme pour mettre en place puis fixer la carte.

    Les cartes graphiques PCI-Express sont à placer dans le connecteur PCI-E 16X le plus proche du processeur. Dans le cas particulier de ces cartes graphiques, les ports PCI-Express 16x comportent un ergot de fixation à leur extrémité afin d'assurer le bon maintien de la carte. Le type de fixation peut varier suivant le constructeur de la carte mère : soit elle est conçue pour s'écarter toute seule à l'insertion de la carte graphique, soit vous devez manuellement l'ouvrir avant l'insertion de la carte graphique. Dans tous les cas cette fixation se refermera automatiquement à l'insertion de la carte graphique. Enfin, si vous montez une carte graphique moderne milieu ou haut de gamme, son dégagement calorique sera élevé ce qui fait qu'il est préférable, dans la mesure du possible, de laisser vide l'emplacement situé à proximité afin de favoriser un meilleur refroidissement.

    Contrairement à la carte graphique, les autres cartes d'extension PCI-E 1x ou PCI (carte réseau Wifi, carte contrôleur, carte d'acquisition, tuner TV...) peuvent être insérées dans le connecteur compatible de votre choix, en respectant de préférence un espace avec la carte graphique qui est fort calorique. Précisons que, si besoin, une carte d'extension PCI-E 1x peut être montée dans un slot PCI-E 4x.

  • Monter le disque dur et/ou le SSD (SATA et M.2) :

    Le ou les disques durs et SSD sont généralement à fixer dans la partie avant inférieure du boîtier où des emplacements leurs sont réservés. Suivant les boîtiers, l'orientation des disques durs et leur système de fixation varient mais dans tous les cas de figure l'opération reste simple. La majorité des boîtier disposent d'un système de fixation à vis, les disques durs disposant de 2 trous appropriés sur chacun de leurs côtés. D'autres boîtiers plus perfectionnés permettent de sortir la cage métallique (dite cage 3"1/2) qui contiendra les disques durs ce qui facilite leur montage puisqu'il est alors possible de travailler hors du boîtier. Enfin, certains boîtiers proposent des systèmes sans vis ou avec des rails qui se montent sur le disque dur, l'ensemble venant ensuite s'insérer facilement dans le boîtier : si besoin, vous consulterez donc la documentation de votre boîtier.

    Pour insérer un disque dur dans un boîtier ordinaire avec une fixation à vis vous devez le présenter par l'intérieur du boîtier en prenant soin de le positionner de telle sorte que ses connecteurs soient orientés vers la carte mère afin ensuite de pouvoir effectuer les raccords. Lors de cette insertion, l'espace entre le disque dur et la carte mère est parfois réduit : procédez prudemment afin de ne pas heurter et risquer d'endommager la carte mère avec le disque dur. Une fois inséré dans son emplacement, fixez le disque dur à l'aide de 4 vis de type 1 fournies avec le boîtier ou parfois avec le disque dur. Pour pouvoir fixer le disque dur des deux côtés vous aurez besoin, si ce n'est déjà fait, d'ôter le panneau latéral droit (panneau droit lorsque vous êtes face au boîtier).

    L'emplacement en hauteur du disque dur n'a guère d'importance mais, si votre boîtier est équipé d'un ventilateur ou d'une prise d'air en face avant, positionner le disque dur dans l'alignement sera préférable afin qu'il profite du flux d'air frais. Par ailleurs et si vous avez plusieurs disques durs, dans la mesure du possible, laisser de l'espace entre sera préférable afin qu'ils respirent.

    Le montage d'un SSD 2.5" (ou disque dur de portable) est similaire à celui d'un disque dur 3.5" mais vous utiliserez des vis de type 2 et un emplacement de taille adaptée dans le boîtier. En l'absence d'emplacement adapté, vous pouvez utiliser un adaptateur permettant de le monter dans un emplacement 3.5" ou pire cas fixer le SSD sur le fond du boîtier avec du scotch double face. Précisons que les SSD 2.5" ne chauffent que peu et n'ont pas besoin d'être ventilés ou refroidis.

    Dans le cas d'un SSD M.2, comme illustré dans la vidéo ci-dessus, il suffit de présenter le SSD légèrement en diagonale (30° environ) en respectant l'alignement du détrompeur présent sur le connecteur du SSD et dans le slot M.2. Ceci fait, il faut l'enfoncer dans le slot M.2 en appuyant légèrement puis, tout en le maintenant à l'horizontale, le fixer à la carte mère via une vis placée à son extrémité.

    Comme visible dans la vidéo, le SSD M.2 doit être fixé à l'horizontale parallèlement à la carte mère. Si besoin et pour éviter que l'extrémité du SSD à visser ne soit plus basse que le slot M.2 (ce qui risquerait d'endommager ce dernier), une entretoise sera mise en place sur la carte mère (cf la vidéo).

  • Monter le lecteur/graveur optique (5"1/4) et le lecteur de carte mémoire interne :

    Le ou les lecteurs / graveurs sont très généralement à fixer dans la partie avant supérieure du boîtier où des emplacements (dits 5"1/4) leurs sont réservés. Suivant les boîtiers, le système de fixation varie mais dans tous les cas l'opération est simple.

    La majorité des boîtiers disposent d'un système de fixation à vis, les lecteurs disposant de 2 trous appropriés sur chacun de leurs côtés. D'autres boîtiers plus perfectionnés proposent des systèmes sans vis ou avec des rails qui se montent sur le lecteur, l'ensemble venant ensuite s'insérer facilement dans le boîtier : si besoin, vous consulterez donc la documentation de votre boîtier.

    Après avoir enlevé les caches 5"1/4 et les éventuelles languettes métalliques, présentez le lecteur optique par l'extérieur du boîtier en face avant de manière à garder l'accès au tiroir du lecteur. Lors de cette insertion il vous faudra parfois forcer un peu pour que le lecteur accepte de glisser dans son emplacement : suivant les boîtiers, cartes mères et la hauteur à laquelle vous placez le lecteur en façade procédez prudemment afin de ne pas heurter et risquer d'endommager la carte mère en bout de course.

    Une fois inséré dans son emplacement, ajustez son positionnement en profondeur de manière à ce que sa face avant soit harmonieusement alignée avec la façade du boîtier puis fixez le lecteur à l'aide de 4 vis de type 2. Pour pouvoir fixer le lecteur des deux côtés vous aurez besoin, si ce n'est déjà fait, d'ôter le panneau latéral droit (panneau droit lorsque vous êtes face au boîtier).

    L'emplacement en hauteur du lecteur n'a guère d'importance mais si votre boîtier est au sol vous le positionnerez sûrement le plus haut possible dans le boîtier afin qu'il soit d'accès plus facile.

    Les lecteurs de cartes mémoire internes de type 5"1/4 comme 3"1/2 se mettent en place dans le boîtier de manière toute à fait similaire à un lecteur / graveur optique. Bien entendu, les modèles 3"1/2 devront être placés dans un emplacement façade de taille adaptée, à moins d'utiliser un convertisseur de baie afin de pouvoir les placer dans une baie 5"1/4.

    NB : si votre boîtier est haut de gamme et comporte des caches façades mobiles devant les lecteurs/graveurs de CD/DVD, vous vous reporterez à sa notice pour le montage et l'ajustement de ces caches en regard du bouton d'ouverture du tiroir des lecteurs/graveurs.

  • Connectique entre boîtier et carte mère (Front Panel, USB front, Audio front, ventilateurs) :

    Accès direct : Front Panel - USB Front - Audio Front - Ventilateurs

    Pour les débutants, voici venue l'étape la plus fastidieuse car elle va généralement impliquer la lecture partielle de la documentation de la carte mère. En effet, suivant les boîtiers et cartes mères l'organisation voire la dénomination de ces connectiques peut légèrement varier et donc ce guide peut ne pas être parfaitement spécifique à votre matériel. Bien que cette documentation soit généralement en anglais, elle comporte des schémas explicatifs qui suffiront à vous guider et si besoin les grands constructeurs proposent de télécharger une version en français de cette documentation.

    Notez d'ores et déjà que tous les connecteurs de la carte mère ne seront pas utilisés et que ceci n'a rien d'anormal.


    Front Panel :

    Les petits câbles du boîtier dénommés généralement "HDD LED", "POWER LED" (PWR_LED), "POWER SWitch" (PWR_SW) et "RESET SWitch" (RESET_SW) font partie de la connectique dite "Front Panel". Cette connectique permet de faire le lien entre la carte mère et les fonctions d'affichage ou d'action du boîtier : respectivement diode d'activité du disque dur, diode d'état (allumé ou éteint) du PC, interrupteur de mise sous tension du PC et enfin interrupteur de reset.

    Connecteurs front panel sur la carte mère

    Parmi les difficultés de cette étape notons que les dénominations ne correspondent pas toujours parfaitement entre les petits câbles du boîtier (A) et les connecteurs de la carte mère (B et C) : dans le cas de notre exemple, HDD LED correspond à IDE_LED, POWER LED à PLED, POWER SW à PWRSW et RESET SW à RESET.

    Notez que les fils arrivant aux petits câbles (A) disposent tous d'une couleur commune, ici le blanc, qui correspond au "-" des prises et connecteurs visibles en B et C (autrement dit, le fil de couleur correspond au "+"). En réalité, seuls les fils des "LED" ont un sens : RESET et POWER peuvent être inversés sans conséquences. Par ailleurs, si vous inversez les fils des "LED", la seule conséquence c'est qu'elles ne s'allumeront pas (vous ne les endommagerez donc pas) et il vous suffira ultérieurement de les mettre dans le bon sens pour rétablir leur bon fonctionnement.

    Précisons que seul le connecteur "POWER SWitch" est indispensable au bon fonctionnement de votre PC : si votre machine ne démarre pas à l'issue du montage, il conviendra de vérifier son bon positionnement.

    Une fois repéré l'emplacement de cette connectique dans la documentation de la carte mère puis sur la carte mère elle-même, vous pouvez relier ces connecteurs. Comme illustré dans la vidéo certaines cartes mères sont livrées avec un petit bloc rectangulaire permettant de réaliser les connexions à l'extérieur du boîtier, c'est à dire plus confortablement, le bloc en question prenant ensuite place sur le connecteur Front Panel de la carte mère.


    USB Front :

    Ne pas relier les ports USB façade du boîtier à la carte mère ne nuira pas au bon fonctionnement de votre machine si ce n'est que ces ports USB ne seront pas actifs. Il s'agit bien d'une étape correspondant à un confort d'utilisation que vous pouvez réaliser aussi bien immédiatement qu'ultérieurement.

    Connecteurs USB2 carte mère et boîtier

    Le connecteur USB2 sur la carte mère prend la forme d'une double série de broches (A) et la mention "USB56" (ou encore "USB78", "USB910") est généralement située à proximité : si besoin vous vous aiderez de la documentation de la carte mère pour les localiser. Les deux chiffres "xy" de la mention "USBxy" à proximité du connecteur sur la carte mère signifient qu'il y a 2 ports USB présents dans le connecteur et que donc il suffira à rendre fonctionnel 2 ports de ce type en façade du boîtier. Le connecteur USB2 en provenance du boîtier aura généralement l'allure d'un unique bloc rectangulaire (B). Il comporte un détrompeur qui empêche toute erreur de montage et sera à mettre en regard de celui présent sur le connecteur de la carte mère (A).

    Connecteurs USB3 carte mère et boîtier

    Les connecteurs USB3 de carte mère (C) et de boîtier (D) sont tout à fait similaire aux connecteurs USB2 à ceci près qu'ils disposent de 20 broches. Ils intègrent eux aussi un détrompeur qui empêche toute erreur de montage et il n'y a évidemment pas de compatibilité physique entre connecteurs USB2 et USB3 et donc pas de risque d'erreur (10 broches au lieu de 20). Notez que si votre carte mère ne dispose pas de port USB3 interne, vous pouvez lui en adjoindre via l'usage d'une carte contrôleur spécifique.


    Audio Front :

    Ne pas relier le port Audio façade du boîtier à la carte mère ne nuira pas au bon fonctionnement de votre machine si ce n'est que ces ports Audios ne seront pas actifs. Il s'agit bien d'une étape correspondant à un confort d'utilisation que vous pouvez réaliser aussi bien immédiatement qu'ultérieurement.

    Connecteurs audio carte mère et boîtier

    Le connecteur Audio sur la carte mère prend la forme d'une double série de broches (A) et la mention "AAFP" est généralement située à proximité : si besoin vous vous aiderez de la documentation de la carte mère pour le localiser. Le connecteur Audio en provenance du boîtier aura généralement l'allure d'un unique bloc rectangulaire (B). Il comporte un détrompeur qui empêche toute erreur de montage et sera à mettre en regard de celui présent sur le connecteur de la carte mère (A).

    Ces ports Audios en façade sont conçus pour être reliés à la carte son intégrée à la carte mère. Seules certaines cartes son additionnelle (PCI ou PCI-E) disposent d'un connecteur interne permettant le branchement des ports Audio façade du boîtier.


    Ventilateurs :

    Suivant leur connectique (B et D) les ventilateurs de boîtier seront à relier à l'un des connecteurs "FAN" de la carte mère (A et C), lesquels sont généralement repérés sur la carte mère par les dénominations "CPU_FAN", "PWR_FAN", "CHA_FAN" ou encore "SYS_FAN" : si besoin vous consulterez la documentation de la carte mère pour les localiser. Le connecteur "CPU_FAN" étant généralement réservé au ventilateur du ventirad processeur, vous utiliserez plus généralement les autres connecteurs pour les ventilateurs de boîtier.

    Connecteurs ventilateurs et carte mère

    Dans tous les cas le connecteur d'alimentation comporte un détrompeur et donc vous ne pouvez pas vous tromper de sens. Précisons qu'un connecteur femelle 3 broches de ventilateur (B) peut être branché sur un connecteur 4 broches de la carte mère (C) sans risque d'erreur car il y a un détrompeur. De même, un connecteur femelle 4 broches de ventilateur (D) peut être branché sur un connecteur 3 broches de la carte mère (A), toujours sans risque d'erreur. Pour être plus précis, il faut ajouter que les ventilateurs 4 broches (D) sont dits "PWM" et que s'ils sont reliés à un connecteur 4 broches de la carte mère (C), leur vitesse peut être généralement contrôlée et régulée via le BIOS de la carte mère ou encore via un logiciel spécifique parfois fourni avec cette dernière.

    Si vous manquez de connecteurs "Fan" pour relier tous les ventilateurs de votre boîtier, vous pouvez utiliser un doubleur d'alimentation ou un adaptateur molex.

  • Connectique d'alimentation (carte mère, carte graphique, graveur, disque dur, SSD, ventilateurs boîtier molex) :

    Accès direct : Carte mère - Carte graphique - Disque dur, SSD et graveur (SATA) - Connectique molex (ventilateurs boîtier et autre)

    Tous les branchements mentionnés dans ce chapitre sont indispensables au bon fonctionnement de votre machine. Pour autant, notez d'ores et déjà que tous les connecteurs de l'alimentation ne seront pas utilisés et que ceci n'a rien d'anormal. Par ailleurs, tous les connecteurs d'alimentation que vous allez relier intègrent des détrompeurs et donc il n'y a pas de risque d'erreur.


    Carte mère :

    Sur la carte mère vous devez brancher 2 connecteurs en provenance de l'alimentation : le premier est rectangulaire et composé de 24 points de connexion (dit "EATX Power") alors que le second est un petit bloc composé généralement de 4 points de connexion (dit "EATX 12V"). Les alimentations et cartes mères haut de gamme sont cependant parfois dotées d'un second câble muni non pas de 4 points de connexion mais de 8 points de connexion (dit "EPS 12V") que vous utiliserez alors.

    Connecteurs d'alimentation carte mère

    Pour situer ces connecteurs sur la carte mère, il vous suffit de l'observer ou de consulter sa documentation. Tous ces connecteurs disposent de détrompeurs et vous ne pouvez pas vous tromper au montage. Il est cependant essentiel de bien les enfoncer pour que le crochet de sécurité se verrouille sur l'ergot afin de garantir un bon contact de la prise et prévenir tout débranchement inopiné.

    Si votre alimentation présente un connecteur "EPS 12V" (8 broches donc) alors que votre carte mère dispose d'un connecteur "EATX 12V" (4 broches donc), ce connecteur 8 broches issu de l'alimentation peut se séparer en deux afin de vous restituer le connecteur 4 broches dont vous avez besoin.

    Plus rare, si votre alimentation n'a qu'un connecteur "EATX 12V" (4 broches donc) vous pouvez utiliser un adaptateur afin de le brancher dans le connecteur "EPS 12V" (8 broches donc) de la carte mère. Attention cependant à avoir une alimentation de qualité et puissance suffisante (dans le doute, posez la question sur le forum en section Montage PC).

    Notez que vous pouvez généralement brancher une ancienne alimentation à 20 broches sur une carte mère avec connecteur 24 broches et réciproquement.


    Carte graphique :

    Votre carte graphique ne comporte pas nécessairement un connecteur d'alimentation. En effet, si sa consommation n'excède pas les 75W que peut fournir le connecteur PCI-E 16X de la carte mère ce dernier pourra délivrer la puissance nécessaire à son bon fonctionnement. Dans ce cas comme avec l'usage de la carte graphique intégrée vous n'avez pas de câble d'alimentation "PCI-E" à brancher.

    Connecteurs d'alimentation carte mère

    A contrario, les cartes graphiques milieu et haut de gamme pour les joueurs ne peuvent être alimentées uniquement par le connecteur PCI-E 16X de la carte mère et comportent un (A) ou plusieurs (B) connecteurs d'alimentation PCI-E 6 ou 8 broches que vous devez relier directement à des connecteurs d'alimentation "PCI-E" provenant de l'alimentation (C et D).

    Suivant les modèles de carte graphique et leur consommation, différentes combinaisons de connecteurs d'alimentation 6 et 8 broches sont possibles : afin que la carte graphique puisse fonctionner correctement vous devez tous les relier à l'alimentation. Comme visible en (D) les connecteurs d'alimentation PCI-E 8 broches se présentent souvent sous la forme d'un connecteur 6+2 afin d'être aussi compatibles avec les connecteurs 6 broches.

    Tous ces connecteurs disposent de détrompeurs et vous ne pouvez pas vous tromper au montage. Il est cependant essentiel de bien les enfoncer pour que le crochet de sécurité se verrouille sur l'ergot afin de garantir un bon contact de la prise et prévenir tout débranchement inopiné.

    Si votre alimentation ne dispose pas de ces connecteurs PCI-E ou alors pas en quantité ou type approprié, la solution ne réside généralement pas dans l'usage d'un adaptateur mais bien dans l'acquisition d'une alimentation plus performante. Si vous tenez à utiliser un adaptateur, assurez vous d'avoir une alimentation de haute qualité capable de fournir suffisamment de puissance sur la combinaison des 12V (dans le doute, posez la question sur le forum).


    Disque dur, SSD et graveur (SATA) :

    Vous devez brancher un connecteur d'alimentation SATA (A) issu de l'alimentation dans chaque élément de ce type ce qui inclut les disques durs 2.5" et 3.5", les SSD 2.5" et les lecteurs/graveurs optiques.

    Connecteurs d'alimentation SATA

    Le montage se fait sans forcer et sans risque d'erreur car le connecteur issu de l'alimentation (A) comporte un détrompeur que vous mettrez en regard du détrompeur du périphérique (B).


    Connectique molex (ventilateurs boîtier et autre) :

    La connectique Molex est désormais peu employée et de fait il se peut que vous n'ayez pas à l'utiliser durant votre montage. De plus suivant les modèles, les ventilateurs de boîtiers sont à relier à la carte mère plutôt qu'à un connecteur d'alimentation Molex.

    Connecteurs d'alimentation SATA

    Le montage se fait sans risque d'erreur car le connecteur Molex mâle issu de l'alimentation (A) a une forme biseautée qui sert détrompeur que vous mettrez en regard du connecteur femelle (B) du périphérique. Parfois, ce connecteur d'alimentation Molex peut se révéler difficile à insérer. Si besoin forcez mais soyez attentifs à ne pas endommager le périphérique au niveau du connecteur, ceci du fait d'un effort mécanique trop important, tout particulièrement pour les anciens disques durs IDE (PATA).

  • Connectique de données entre carte mère et graveur, disque dur, SSD, lecteur de carte mémoire interne :

    Les branchements SATA mentionnés dans ce chapitre sont indispensables au bon fonctionnement de votre machine. Pour autant, notez d'ores et déjà que tous les connecteurs de la carte mère ne seront pas utilisés et que ceci n'a rien d'anormal. Par ailleurs, tous les connecteurs de donnée que vous allez relier intègrent des détrompeurs et donc il n'y a pas de risque d'erreur.


    Connectique SATA de données entre carte mère et graveur, disque dur, SSD :

    Vous devez relier le port de données SATA (B) de chaque périphérique de ce type (disques durs, SSD et lecteurs/graveurs optique) à un port SATA de la carte mère (A) via une nappe SATA (C). Vous aurez donc besoin d'autant de nappes SATA que vous avez de périphériques à relier. La carte mère est fournie avec au moins 2 nappes SATA mais si besoin vous pouvez en acquérir en sus.

    Connecteurs et nappes sata

    La carte mère comporte plusieurs ports SATA et il est préférable de les utiliser dans l'ordre de leur dénomination ("SATA n°1", "SATA n°2", "SATA n°3"...) tel que visible sur la carte mère à côté du port (ou encore telle que précisé dans la documentation de la carte mère) tout en branchant le disque dur (ou SSD) qui portera le système d'exploitation sur le port SATA n°1. Ceci permettra d'utiliser en priorité les ports SATA plus performants gérés par le contrôleur intégré au chipset et vous servira de repère pour le réglage de la séquence de boot dans le BIOS.

    Connecteurs et nappes sata

    Les ports SATA présentent un détrompeur ce qui exclut toute erreur de montage. Repérez la position du détrompeur sur le périphérique et sur le câble puis insérez une extrémité dans le périphérique (D). Recommencez de même afin d'insérer l'autre extrémité de la nappe (C) dans un port SATA de la carte mère (E). Répétez l'opération avec une nouvelle nappe SATA pour chacun de vos périphériques SATA.

    NB :

    - En sus des nappes SATA classiques, des nappes SATA coudées (vers le bas ou vers le haut) existent. Une nappe SATA coudée vers le bas sera pratique pour relier un périphérique situé plus haut que les ports SATA de la carte mère. Ces nappes SATA coudées peuvent aussi permettre d'utiliser des ports SATA situés dans l'alignement d'une longue carte graphique et qui sont sinon condamnés.

    - Les nappes SATA sont parfois sources de faux contacts car elles peuvent bouger lors des upgrades ou simplement avec le temps et les vibrations. Pour limiter ce soucis, des nappes SATA sécurisées existent et nécessitent un appui sur la sécurité intégrée au connecteur pour pouvoir être débranchées.


    Connectique USB interne entre carte mère et lecteur de carte mémoire interne :

    Les lecteurs de carte mémoire interne, qu'ils soient intégrés d'origine au boîtier ou additionnels à monter en baie 5"1/4 ou 3"1/2 sont très généralement à relier à un connecteur USB interne qui souvent leur suffit aussi pour alimentation.

    Suivant le lecteur de carte mémoire, le connecteur USB interne à utiliser peut être de type USB2 ou USB3 mais dans tous les cas l'opération est identique au branchement des ports USB façade (USB Front) d'un boîtier.

    NB : si vous souhaitez brancher un lecteur de carte mémoire interne en sus des ports façades du boîtier, vous serez attentifs d'avoir assez de ports USB internes sur votre carte mère. Si besoin, vous pouvez ajouter des ports USB3 interne via l'usage d'une carte contrôleur spécifique

    .
  • Premier démarrage :

    Vous voilà arrivé à la fin de la partie montage matériel de ce guide et, malédiction, contrairement au montage de meubles Ikéa, il vous reste des emplacements vides sur la carte mère, des nappes, des câbles, des vis, des pièces de métal & de plastique et même des câbles issus de l'alimentation inutilisés. Pas de panique, tout ceci est normal et effectivement tout n'a pas à être branché / utilisé : ainsi l'alimentation dispose de plus de connecteurs que nécessaire au cas où vous souhaiteriez ajouter, par exemple, un disque dur dans votre machine. La carte mère dispose elle aussi de plus de connecteurs et le boîtier est fourni avec plus de visserie pour cette même raison. Précisons aussi que les connecteurs inutilisés issus de l'alimentation ne pourront pas générer de problèmes électriques mais que pour les raisons évoquées ci dessous vous les rangerez au mieux dans le boîtier.

    Vous voilà rassuré(e), cette fois tous les éléments sont en place / connectés et vous êtes impatient(e) d'allumer votre ordinateur ce qui est compréhensible. Prenez tout de même le temps de vérifier que avez vous bien rangé les câbles et qu'aucun d'entre eux ne peut venir gêner un ventilateur. Une autre raison de ranger les câbles est d'éviter que l'un d'eux ne puisse entrer en contact avec un composant chauffant beaucoup comme un MOS de puissance (ces derniers sont généralement situés près du Socket, souvent entre le Socket et les ports arrières de la carte mère) ce qui pourrait le faire fondre. Profitez en pour vérifier à deux fois que, par inadvertance, vous n'auriez pas laissé traîner un outil ou une vis dans le boîtier. Une vis qui serait restée posée sur la carte mère ou pire coincée entre la carte mère et le panneau de support du boîtier pourrait créer un court-circuit fort regrettable.

    A l'arrière de votre ordinateur branchez écran, clavier et souris. Si vous disposez d'une carte graphique dédiée vous brancherez l'écran sur une sortie vidéo de cette dernière alors que dans la négative vous utiliserez une sortie vidéo issue de la carte mère. Les claviers et souris de type USB se branchent sur un port de votre choix alors que les ports PS2 ont une couleur pour chaque périphérique. Pour mémoire, le port clavier PS2 est celui le plus proche de la carte mère.

    Branchez le câble de l'alimentation au secteur et vérifiez que l'interrupteur de cette dernière est bien en position marche.

    Je vous suggère d'effectuer le premier allumage de l'ordinateur avec le panneau latéral gauche (lorsque vous êtes face au boîtier) ouvert afin de pouvoir vérifier le bon fonctionnement du ventirad processeur (soyez cependant attentif à ne pas mettre d'objet ou la main dans le boîtier).

    Allumez l'écran puis appuyez maintenant sur le bouton de démarrage du boîtier : si tout fonctionne correctement, le ventilateur sur le radiateur processeur doit tourner, votre PC n'émettra qu'un petit "bip" et affichera le démarrage du bios avec quelques inscriptions textuelles. Vous pouvez alors éteindre (en appuyant longuement sur le bouton de démarrage) votre ordinateur, refermer le boîtier et passer à la page suivante de ce guide.

    Si le ventilateur sur le radiateur processeur ne fonctionne pas, éteignez l'ordinateur (via l'interrupteur de l'alimentation) et vérifiez le bon branchement de son câble d'alimentation avant d'essayer à nouveau de démarrer votre ordinateur (pensez à repositionner l'interrupteur de l'alimentation).

    Certaines cartes mères ont une procédure d'auto test impliquant un bref démarrage suivi d'une extinction brève puis enfin du démarrage final : si votre PC ne s'allume donc que pendant 2 à 3 secondes puis s'éteint spontanément, ne paniquez pas, ne touchez à rien et soyez patients quelques secondes de plus. En effet, il se peut fort que cette procédure soit en cours et que votre PC démarre ensuite normalement. Précisons que le ventilateur processeur pourrait tourner par intermittence durant cette procédure ce qui n'est pas rassurant mais reste normal et sans danger pour votre processeur.

    Si votre écran vous affiche un message de type "No signal" et qu'il dispose de plusieurs entrées vidéo (VGA et DVI par exemple) il se peut que vous ayez à sélectionner la source vidéo. Autrement formulé, avec certains écrans, vous devez indiquer d'afficher le signal vidéo présent sur l'autre entrée vidéo via un bouton situé en façade de l'écran.

    D'autre part, bon nombre de cartes mères récentes disposent de sorties vidéos mais si vous avez monté une carte graphique dédiée elles seront généralement désactivées : si votre écran vous affiche un message de type "No signal" vérifiez que vous avez bien branché l'écran sur la carte graphique dédiée et non pas sur la sortie vidéo de la carte mère.

    Au cas où l'ordinateur ne fonctionnerait pas correctement ou pas du tout, ne paniquez pas. En effet, il n'est pas si rare qu'un ordinateur assemblé ne fonctionne pas du premier coup et il s'agit souvent d'un détail comme une barrette mémoire mal enfoncée. Commencez par vous décharger de l'électricité statique sur le châssis du boîtier puis débranchez l'alimentation du PC et enfin passez en revue toutes les étapes de mise en place et de connexion des différents éléments. Vérifiez à deux fois que vous avez bien connecté la prise "POWER SWitch" du Front Panel, que les câbles sont bien enfoncés (parfois, par inadvertance, lors du montage il peut arriver d'en bousculer et déplacer certains), que les cartes d'extension (dont la carte graphique) sont bien enfoncées et que les barrettes mémoires sont bien au fond de leurs emplacements. N'hésitez pas à appuyer un peu pour vérifier tout cela, composant après composant, câble après câble puis essayez à nouveau de démarrer votre ordinateur.

    Si décidément votre ordinateur ne s'allume pas, passez à la procédure de dépannage.

  • Procédure de dépannage :

    La procédure, à appliquer rigoureusement, consiste à sortir la carte mère du boîtier et à la poser sur sa boîte (pour éviter tout court-circuit) afin de réaliser un montage avec le minimum de composants : processeur avec son refroidissement, une seule barrette mémoire dans le slot 1 et si besoin une carte graphique. Raccorder l'alimentation :

    - au connecteur principal de la carte mère (ATX 24 broches).

    - au connecteur servant à alimenter le processeur (EATX 12V ou EPS 12V) situé lui aussi sur la carte mère, à proximité du socket en général.

    - au(x) connecteur(s) de la carte graphique, si une carte graphique est montée et si elle dispose d'un ou plusieurs connecteurs d'alimentation.

    Notez que si votre processeur ou carte mère inclut une carte graphique et que vous avez des sorties graphiques intégrées à la carte mère vous relierez l'écran à ces dernières et vous vous dispenserez de monter la carte graphique.

    Branchez l'alimentation au secteur et vérifiez que son interrupteur est bien en position marche. Pour essayer de démarrer cette configuration minimale, établissez le contact brièvement (avec la pointe d'un tournevis par exemple) entre les broches PWR_SW (Power Switch) du Front Panel.


    Si votre machine ne démarre toujours pas, pour aller plus loin dans le dépannage, il vous faut essayer de tester avec d'autres composants (d'un autre PC vous appartenant ou du PC d'un ami). Commencez par vous assurer que votre écran et son câble vidéo fonctionnent correctement en les utilisant sur un PC (fixe ou portable) en bon état de marche. Ceci fait, par expérience et compte tenu des pièces qui posent le plus souvent problème, testez dans l'ordre :

    - une autre barrette mémoire dans le Slot 1 puis dans un autre slot mémoire de la carte mère.

    - une autre alimentation.

    - une autre carte graphique.

    A ce stade, si vous n'avez jamais entendu la carte mère biper lors de vos différents tests, elle est sûrement hors service. A contrario, si vous avez entendu la carte mère biper (une ou plusieurs fois) lors des différents essais de démarrage du pc il est probable qu'elle ne soit pas en cause et que le fautif soit le processeur, même si ce cas de figure reste très rare et qu'il convient de tenter de faire un Clear CMOS afin de remettre par défaut les paramètres du BIOS. Généralement, l'opération se réalise en déplaçant un cavalier sur la carte mère mais vous consulterez la documentation de cette dernière afin de connaître la procédure qui lui est propre.

    Vous pouvez aussi poser des questions sur le forum (section Technologie et Montage PC) : soyez explicites et courtois vous aurez alors très généralement une réponse en conséquence. Pensez que si vous avez un ami / voisin compétent le moment est peut-être venu de le solliciter : ne soyez pas gêné de le faire, un regard neuf et frais pourrait bien débloquer la situation d'autant plus facilement.

  • Réglage de la séquence de boot :

    Pour pouvoir installer Windows 10 (ou un autre système d'exploitation), vous devez configurer le BIOS afin que l'ordinateur puisse démarrer sur une clef USB d'installation (que vous pouvez créer avec l'outil de création de support) ou sur le DVD d'installation.

    Cette étape ne présente pas de difficulté majeure mais elle a tendance à rebuter voire impressionner les plus débutants. Il est malheureusement très difficile de faire un guide pas à pas car les BIOS évoluent régulièrement et leur présentation peut varier suivant les constructeurs.

    Le principe reste néanmoins toujours le même et consiste à entrer dans le BIOS et à rechercher la mention "BOOT" ("Boot Order" ou "Boot Priority") puis à suivre les indications à l'écran afin d'y effectuer les modifications permettant de placer le lecteur DVD ou l'USB en priorité dans la séquence de démarrage. Une fois les modifications réalisées, vous devez les sauvegarder puis sortir du BIOS ce qui permettra à la machine de redémarrer sur la clef USB d'installation ou sur le DVD d'installation que vous aurez mis en place avant le redémarrage. Dans le cas de Windows 10, il vous restera à vous laisser guider par l'assistant d'installation qui permet de réaliser cette étape de manière confortable et conviviale.

    Pour vous aider à comprendre et trouver cette option dans le BIOS vous pouvez consulter la documentation de la carte mère et si besoin vous pouvez demander de l'aide sur le forum. Une recherche sur Youtube avec les mots clefs "Boot Order constructeur" (où constructeur est le fabricant de votre carte mère comme Asustek par exemple) peut aussi parfois vous donner accès à des vidéos montrant la procédure pour votre carte mère.



.

Cliquez sur le titre de l'upgrade de PC desktop que vous voulez consulter ou cliquez sur le "+" ci-contre à droite pour tous les consulter.

  • Upgrader le processeur :

    Avant de procéder à l'upgrade de votre processeur, pensez à vérifier que votre BIOS actuel supporte bien le nouveau processeur. Pour ce faire, vous devez relever votre version de BIOS (en entrant dans le BIOS ou au démarrage de la machine) puis consulter le site du constructeur de votre carte mère, section BIOS. Si votre version de BIOS est supérieure ou égale à la version ayant apporté le support de votre processeur, il sera reconnu.

    Dans la négative, vous devez mettre à jour le BIOS de votre carte mère avec votre processeur actuel c'est à dire avant de faire l'upgrade processeur car sinon, faute de BIOS supportant le nouveau processeur, votre carte mère ne démarrera pas.

    Ceci fait, dans le cadre d'un upgrade processeur, vous devez d'abord démonter le ventirad :

    - Ventirad INTEL BOX (Socket LGA 775, 115x, 2011...) : comme visible dans la vidéo, vous devez tourner les ergots d'un quart de tour dans le sens inverse des aiguilles d'un montre. Ceci fait, vous pourrez dégager les picots et soulever le ventirad. Si vous prévoyez de re-utiliser le ventirad Intel BOX en question vous devez le ré-amorcer en tournant les quatres ergots d'un quart de tour dans le sens des aiguilles d'une montre (cf. la vidéo).

    - Ventirad AMD BOX (Socket FMx, AMx...) : pour tous les processeurs à broches, vous devez procéder avec prudence. En effet, le ventirad d'origine, a été mis en contact avec le processeur via un "pad thermique" (ou encore de la pâte thermique) et peut avoir tendance à se révéler fort adhésif empêchant par là même de décoller le radiateur du processeur et donc d'accéder au levier permettant de libérer ce dernier. Pour rendre ce décollage possible la solution consiste à faire chauffer ce pad thermique c'est à dire à allumer le PC quelques minutes, puis à l'éteindre, à le débrancher et seulement alors à démonter le ventirad. Pour ce faire, tournez le levier de verrouillage vers la gauche (d'environ 180°) après l'avoir deverrouillé si besoin. Ceci fait, imprimer un léger (toujours sans forcer donc), mouvement rotationel / transversal au radiateur peut aider à le désolidariser du processeur. Quoi qu'il advienne ne tirez pas fortement sur le ventirad sans avoir relevé le levier du socket car le processeur risquerait alors d'être extrait en force de la carte mère avec tous les dégâts que cela peut occasionner.

    - Ventirad alternatif : dans tous les cas, vous vous reporterez aux instructions de montage/démontage fournies par le fabricant, sans oublier les précautions dans le cas des processeurs à broches (cf. ci dessus le § à propos des ventirads AMD Box).


    Vous devez maintenant ouvrir le socket via son levier latéral. Pour dégager le levier situé sur le côté du Socket vous devez légèrement appuyer dessus, puis légèrement le décaler vers l'extérieur du Socket : de là vous pourrez le relever. Ceci fait :

    - Dans le cas d'un processeur à contact (Socket LGA 775, 115x, 2011...) : après avoir soulevé (à environ 135°) le rabat métallique vous pouvez saisir délicatement le processeur par les côtés afin de le soulever à plat et le sortir du socket. Attention, ne touchez pas et ne choquez pas les broches au fond du socket, elles sont fragiles.

    - Dans le cas d'un processeur à broches (Socket FMx, AMx...) : saisissez délicatement le processeur par les côtés afin de le soulever à plat et le sortir du socket.

    Vous pouvez désormais mettre en place le nouveau processeur dans la carte mère puis mettre en place la pâte thermique sur ce dernier.

    Ceci fait vous devez nettoyer le pad (ou la pâte) thermique présente sur la semelle du ventirad avant de le remettre en place. Pour procéder à ce nettoyage, utilisez du papier essuie-tout pour enlever le plus gros et finissez avec de l'alcool isopropylique ou tout équivalent. Si besoin, vous vous inspirerez du nettoyage du processeur.

    Il vous reste à remonter le ventirad sur le processeur qu'il soit de type "BOX" ou "Alternatif".

    NB : si vous n'avez pas prévu de nouvelle pâte thermique, ne nettoyez pas la semelle du ventirad avant de le remonter. Même s'il est recommandé de changer la pâte thermique, la présence d'un peu d'une ancienne pâte thermique est fort préférable à l'absence de toute pâte.

  • Changer le ventirad processeur :

    Avant tout, dans le cadre du montage d'un ventirad alternatif (plus discret et plus performant) de grande taille, vérifiez que l'espace disponible en hauteur sera suffisant car sinon vous ne pourrez pas refermer le boîtier suite à son montage.

    Ceci fait, dans le cadre d'un upgrade du ventirad, vous devez d'abord démonter l'actuel :

    - Ventirad INTEL BOX (Socket LGA 775, 115x, 2011...) : comme visible dans la vidéo, vous devez tourner les ergots d'un quart de tour dans le sens inverse des aiguilles d'un montre. Ceci fait, vous pourrez dégager les picots et soulever le ventirad. Si vous prévoyez de re-utiliser le ventirad Intel BOX en question vous devez le ré-amorcer en tournant les quatres ergots d'un quart de tour dans le sens des aiguilles d'une montre (cf. la vidéo).

    - Ventirad AMD BOX (Socket FMx, AMx...) : pour tous les processeurs à broches, vous devez procéder avec prudence. En effet, le ventirad d'origine, a été mis en contact avec le processeur via un "pad thermique" (ou encore de la pâte thermique) et peut avoir tendance à se révéler fort adhésif empêchant par là même de décoller le radiateur du processeur et donc d'accéder au levier permettant de libérer ce dernier. Pour rendre ce décollage possible la solution consiste à faire chauffer ce pad thermique c'est à dire à allumer le PC quelques minutes, puis à l'éteindre, à le débrancher et seulement alors à démonter le ventirad. Pour ce faire, tournez le levier de verrouillage vers la gauche (d'environ 180°) après l'avoir deverrouillé si besoin. Ceci fait, imprimer un léger (toujours sans forcer donc), mouvement rotationel / transversal au radiateur peut aider à le désolidariser du processeur. Quoi qu'il advienne ne tirez pas fortement sur le ventirad sans avoir relevé le levier du socket car le processeur risquerait alors d'être extrait en force de la carte mère avec tous les dégâts que cela peut occasionner.

    - Ventirad alternatif : dans tous les cas, vous vous reporterez aux instructions de montage/démontage fournies par le fabricant, sans oublier les précautions dans le cas des processeurs à broches (cf. ci dessus le § à propos des ventirads AMD Box).


    Vous devez ensuite nettoyer le pad (ou la pâte) thermique présente sur le processeur :

    Ceci fait vous pouvez maintenant mettre en place la pâte thermique et monter le ventirad alternatif.

  • Changer le ventirad de la carte graphique :

    Pour pallier à une panne ou encore pour plus de discrétion et/ou un meilleur refroidissement, il est parfois possible de changer le ventirad de la carte graphique.

    Le montage des ventirads optionnels pour cartes graphiques ne peut être et ne sera pas abordé exhaustivement dans ce guide du fait que la méthode d'installation variera d'un modèle à l'autre. A titre d'exemple le montage d'un Zalman VF1000 sur une carte graphique AMD 4850 est cependant illustré dans les vidéos disponibles ci-dessous et l'opération reste forte similaire avec d'autres cartes graphiques et d'autres ventirads alternatifs.

    L'opération commence donc par le démontage du ventirad d'origine :

    Comme illustré dans la vidéo disponible ci-dessus, vous devez commencez par enlever les 4 vis du cadre métallique au centre. Ceci fait, vous pouvez ôter ce cadre métallique puis dévisser les 8 vis restantes et enfin désolidariser le ventirad de la carte graphique.

    Durant le démontage vous serez très attentifs à ce que votre tournevis ne dérape pas ce qui risquerait d'endommager irrémédiablement votre carte graphique. Le risque est d'autant plus grand que certaines vis peuvent être un peu dures et que parfois toutes n'ont pas la même taille de tête. Si besoin, n'hésitez pas à utiliser plusieurs tournevis de qualité et de dimensions appropriées. Officiellement, cette opération annule la garantie de votre carte graphique mais pratiquée avec soin et en remontant si besoin le ventirad d'origine (que vous conserverez donc) tout ceci ne pose pas de soucis, y compris donc en terme de garantie. Faire fonctionner la carte graphique durant quelques minutes avant de démonter son ventirad d'origine permettra généralement d'éviter que ce dernier n'ait tendance à adhérer à la carte graphique. Si vous avez oublié ou que malgré tout vous rencontrez une légère adhérence exercer un léger mouvement latéral (après avoir enlevé toutes les vis) vous aidera à résoudre le problème.

    Il vous faut ensuite nettoyer le GPU de tout résidu de pad (ou pâte) thermique (si besoin, cf. le nettoyage du processeur) avant d'y mettre en place la pâte thermique fournie avec le ventirad.

    Ceci fait, vous monterez le ventirad alternatif (la vidéo commence après le nettoyage du GPU et n'illustre pas la mise en place de la pâte thermique) :

    Comme visible dans cette seconde vidéo, le serrage des entretoises et boulons se fait manuellement et sans forcer : il n'y pas lieu d'utiliser un outil (tournevis, pince ou autre) ce qui permettra d'ailleurs d'éviter d'endommager la carte graphique du fait d'un serrage excessif.

    Si les grands constructeurs de ventirads alternatifs fournissent des documentations détaillées de qualité, sachez tout de même que :

    - Ces ventirads alternatifs sont conçus pour s'adapter aux cartes graphiques utilisant le design de référence de Nvidia ou d'AMD lequel est souvent remplacé par les fabricants de cartes graphiques par une conception différente. Vous serez donc très attentifs à la compatibilité avant d'envisager ce type de ventirad.

    - S'ils sont très efficaces pour refroidir le GPU, ces ventirads alternatifs le sont généralement bien moins pour refroidir l'étage d'alimentation (les VRM) de la carte graphique. A ce sujet, si des radiateurs à placer sur les VRM sont fournis, soignez leur mise en place et le nettoyage préablable de l'étage VRM si besoin.

    - Certaines cartes graphiques sont équipées d'origine de ventirads optionnels plus performants / discrets et il s'agit en pratique de la meilleure solution pour avoir une carte graphique mieux refroidie et plus discrète à l'usage.

  • Changer la carte graphique :

    Ce chapitre est l'occasion de rappeler que si vous changez de carte graphique pour un modèle plus performant, elle pourrait être plus calorique. Si tel est le cas, vous devez vous assurer que l'alimentation est assez puissante et que la ventilation du boîtier est suffisante.

    Avant d'éteindre et de débrancher l'ordinateur, désinstaller les pilotes de la carte graphique actuelle sera préférable, surtout si vous passez d'une carte graphique intégrant un GPU AMD à un modèle intégrant un GPU Nvidia (ou réciproquement).

    Ouvrez le côté gauche du boîtier (panneau gauche lorsque vous êtes face au boîtier) afin d'accéder aux composants et cartes d'extensions. Si un ou des câbles d'alimentation PCI-E sont reliés à la carte graphique actuelle, ôtez les comme visible dans la vidéo. Dévissez la fixation d'équerre de la carte graphique puis baissez (ou poussez) le loquet de sécurité situé à l'extrémité du port PCI-E afin de libérer la carte graphique et pouvoir l'extraire du slot PCI-E.

    Ceci fait, vous pouvez monter la nouvelle carte graphique sans oublier de brancher la connectique d'alimentation PCI-E si présente sur la nouvelle carte graphique.

  • Ajouter de la mémoire :

    Débranchez l'ordinateur et ouvrez le côté gauche du boîtier (panneau gauche lorsque vous êtes face au boîtier) afin d'accéder aux composants et cartes d'extensions.

    Si vous avez encore des slots mémoires vides sur votre carte mère, vous pouvez les utiliser afin d'ajouter des barrettes mémoire à celles déjà en place. La capacité totale de mémoire disponible sera ainsi la somme de celle d'origine et des barrettes mémoires que vous ajoutez.

    Dans la négative, c'est à dire si vous n'avez plus de slot mémoire libre, vous devez remplacer une ou des barrettes mémoires déjà en place par une ou des nouvelles. Pour ce faire commencez par ôter la barrette en appuyant sur les ergots blancs situés à l'extrémité du slot mémoire, comme visible sur la vidéo. Ceci fait, vous pouvez ôter la barrette mémoire et la remplacer par une nouvelle.

  • Changer la carte réseau (filaire ou Wifi) :

    Si votre carte réseau filaire actuelle (intégrée ou dédiée) est en panne ou de performances insuffisantes, vous pouvez monter une carte réseau PCI-E (ou PCI) pour la remplacer. De même vous pouvez intégrer une carte réseau Wifi PCI-E (ou PCI) ou encore la remplacer.

    Débranchez l'ordinateur et ouvrez le côté gauche du boîtier (panneau gauche lorsque vous êtes face au boîtier) afin d'accéder aux composants et cartes d'extensions. Si vous remplacez une carte réseau PCI-E ou PCI, sortez là de son slot après avoir enlevé la vis de son équerre.

    Si besoin, enlevez une équerre à l 'arrière du boîtier face au connecteur PCI-E (ou PCI) que vous allez utiliser. Ceci fait insérez la carte réseau dans ce connecteur PCI-E 1x (ou PCI suivant son type) puis fixez là au châssis via la vis de son équerre comme pour le montage de toute carte d'extension.

  • Changer la carte son :

    Si votre carte son actuelle (intégrée ou dédiée) est en panne ou de qualité insuffisante, vous pouvez monter une carte son PCI-E (ou PCI) pour la remplacer.

    Débranchez l'ordinateur et ouvrez le côté gauche du boîtier (panneau gauche lorsque vous êtes face au boîtier) afin d'accéder aux composants et cartes d'extensions. Si vous remplacez une carte son PCI-E ou PCI, sortez là de son slot après avoir enlevé la vis de son équerre.

    Si besoin, enlevez une équerre à l 'arrière du boîtier face au connecteur PCI-E (ou PCI) que vous allez utiliser. Ceci fait insérez la carte réseau dans ce connecteur PCI-E 1x (ou PCI suivant son type) puis fixez là au châssis via la vis de son équerre comme pour le montage de toute carte d'extension.

    Si votre carte son dispose d'une connectique interne pour boîtier et que vous souhaitez avoir les ports audios actifs en façade du boîtier, vous devez déplacer le connecteur audio du boîtier (Audio Front) depuis la carte mère sur la carte son.

    NB : sous Windows, vous aurez ensuite plusieurs cartes sons et vous pourrez définir quelle est celle à utiliser par défaut. Pour ne pas avoir plusieurs cartes sons sous Windows, vous pouvez généralement, depuis le BIOS, désactiver la carte son intégrée à la carte mère.

  • Changer le lecteur/graveur optique :

    L'opération ne présente pas de difficulté particulière et s'apparente au montage d'un graveur de même type.

    Débranchez l'ordinateur puis enlevez les deux panneaux latéraux du boîtier afin d'accéder aux vis de fixation du graveur situées de part et d'autre de ce dernier. Débranchez les connecteurs SATA d'alimentation et de données situés à l'arrière du graveur puis dévissez les vis de fixation du graveur et sortez-le du boîtier par la façade. Insérez le nouveau graveur puis rebranchez les connecteurs SATA d'alimentation et de données.

    NB : si votre ordinateur est très ancien, il se peut que votre lecteur/graveur actuel soit de type PATA ce qui implique d'autres contraintes.

  • Changer ou ajouter un disque dur ou SSD (3.5", 2.5" ou M.2) :

    Dans le cas d'un simple ajout de disque dur ou SSD dans un PC desktop en vue d'augmenter la capacité de stockage, l'opération s'apparente au montage d'un modèle de même type, suivi du branchement de la connectique SATA d'alimentation et de donnée.

    A contrario et dans le cas d'un premier SSD dans la machine, afin de la rendre sensiblement plus réactive et confortable, il convient que le SSD porte le système d'exploitation et les programmes. Pour ce faire vous avez deux choix :

    - Réinstaller votre OS puis vos programme sur le SSD. Si votre système d'exploitation est ancien, le moment peut être opportun pour migrer vers un système plus récent.

    - Transférer votre OS actuel et ses programmes vers le nouveau SSD. Pour cela, il faut bien évidemment que l'espace occupé sur la partition système soit inférieur ou égal à l'espace disponible sur le SSD. Si tel est le cas, l'opération est possible via l'usage d'un logiciel de clonage (parfois fourni avec le SSD).

    Avec ce type de logiciel il vous suffit de monter temporairement le SSD (en interne ou encore dans une station d'accueil ou boîtier externe USB). Suite au transfert, il reste à monter le SSD en interne et à brancher sa nappe SATA sur la carte mère en lieu et place de l'ancien disque dur. De là, la machine redémarrera sur le SSD et vous pourrez brancher l'ancien disque dur sur un autre port SATA afin de l'utiliser en disque secondaire de stockage.

    NB :

    - Si votre système d'exploitation est antérieur à Windows 7, il existe des limitations pour le support des disques durs de plus de 2 To.

    - Si votre ordinateur est très ancien, il se peut que votre disque dur actuel soit de type PATA ce qui implique d'autres contraintes.

  • Changer l'alimentation :

    Débranchez l'ordinateur et ouvrez le côté gauche du boîtier (panneau gauche lorsque vous êtes face au boîtier) afin d'accéder aux composants et cartes d'extensions.

    Commencez par prendre note (et si besoin des photographies) des branchements d'alimentation actuels puis débranchez tous les câbles provenant de l'alimentation. Ceci fait, otez les vis de fixation de l'alimentation du boîtier situées à l'arrière du boîtier puis sortez l'ancienne alimentation du boîtier.

    Insérez la nouvelle alimentation, fixez-la au boîtier puis rebranchez la connectique d'alimentation.

    NB :

    - Dans certains boîtiers, sortir l'alimentation du boîtier n'est pas possible sans sortir la carte mère et l'opération est alors sensiblement plus longue/fastidieuse.

    - Même si la majorité des alimentations de PC desktop sont au format standard ATX, vous vérifierez ce point avant d'en acquérir une nouvelle ainsi que l'espace disponible en longueur pour l'alimentation ou encore la longueur de votre alimentation actuelle.

  • Changer la carte mère :

    A l'exception de l'alimentation, du disque dur et du graveur qui n'auront pas à être déplacés, l'opération implique de démonter bon nombre de composants et de débrancher une majorité des connectiques qui devront être remontés et rebranchées dans le nouveau boîtier.

    A ce titre, il s'agit d'une opération d'upgrade plutôt fastidieuse qui impliquera de consulter une majorité de rubriques sur cette page.

    Dans l'ordre, vous devez débrancher toute la connectique (d'alimentation, de boîtier et de données) puis démonter les cartes d'extension dont l'éventuelle carte graphique, dévisser la carte mère puis la sortir du boîtier, extraire le cache arrière (IO Shield) du boîtier, démonter le ventirad processeur puis sortir le processeur de la carte mère.

    Ceci fait vous pouvez procéder au remontage en commençant par placer le cache arrière (IO Shield) de la nouvelle carte mère dans le boîtier puis en suivant chronologiquement le guide pour la suite.

  • Changer le boîtier :

    A l'exception de la mise en place de la mémoire, du processeur et de son refroidissement qui n'auront pas à être modifiés, l'opération implique de démonter tous les composants et de débrancher toutes les connectiques qui devront être remontés et rebranchés dans le nouveau boîtier.

    A ce titre, il s'agit d'une opération d'upgrade plutôt fastidieuse qui impliquera de consulter une majorité de rubriques sur cette page.

    Dans l'ordre, vous devez débrancher toute la connectique (d'alimentation, de boîtier et de données) puis démonter les cartes d'extension dont l'éventuelle carte graphique, dévisser la carte mère puis la sortir du boîtier, extraire le cache arrière (IO Shield) de l'ancien boîtier, dévisser l'alimentation puis la sortir du boîtier, dévisser le lecteur/graveur optique et dévisser le disque dur.

    Ceci fait vous pouvez procéder au montage dans le nouveau boîtier en suivant le guide, en commençant par monter l'alimentation puis en suivant chronologiquement le guide pour la suite.

  • Changer un graveur ou disque dur PATA (très ancien PC) :

    Désormais remplacée par le SATA, la connectique PATA n'est plus utilisée et n'est présente que sur les très anciens ordinateurs. Vous pouvez reconnaître que votre graveur ou disque dur est de type PATA du fait des connectiques de données et d'alimentation différentes (cf. images ci dessous).

    Si tel est le cas, différents cas de figures se présentent.

    Tout d'abord, précisons que les cartes contrôleurs PCI SATA proposent des ports SATA qui ne sont généralement pas compatibles avec les graveurs SATA et ne permettent généralement pas de booter et donc d'installer un système d'exploitation.

    Par ailleurs et de même, les ports SATA sur les premières cartes mères en ayant proposé étaient gérés soit par le chipset (et dits alors "natifs") soit par un contrôleur additionnel. Outre les moindres performances liées au contrôleur additionnel, ces ports SATA non natifs peuvent poser des soucis de compatibilité et ne permettent généralement pas de booter et donc pas d'installer un système d'exploitation.

    Ces deux type de ports SATA ne seront donc utiles que pour ajouter un disque dur SATA de stockage dans une ancienne configuration. Dans ce cadre il sera préférable d'opter pour un disque dur de 2 To ou moindre capacité du fait des limitations des systèmes d'exploitation antérieurs à Windows 7. De plus, un adaptateur d'alimentation sera généralement nécessaire car les anciens blocs d'alimentation ne comportent pas de connecteur d'alimentation SATA.

    De fait, si votre carte mère ne propose pas de port SATA "natif" et que vous devez changer un graveur PATA ou disque dur PATA (portant le système) défectueux, vous leur chercherez un remplaçant sur le marché de l'occasion (ebay ou priceminister par exemple).

    Pour la connexion de chaque périphérique à l'interface IDE vous aurez besoin d'une nappe IDE (A) généralement fournie avec la carte mère et d'un connecteur d'alimentation électrique Molex 4 points (B, connecteur de gauche) fourni directement par l'alimentation de l'ordinateur.

    Connectique et cavaliers IDE de réglage master / slave / cable select

    La connectique IDE permet de brancher deux périphériques sur une seule nappe (et donc sur un seul port de la carte mère) d'où la présence de 3 connecteurs (A) sur chaque nappe. Cependant, si deux périphériques sont présents sur la même nappe, pour que la carte mère puisse dialoguer avec chacun des deux périphériques il faut positionner un ou des petits cavaliers ("Jumper") sur des broches à l'arrière du périphérique (C) : l'un des deux périphériques devra être réglé en "Master" (MST) alors que l'autre devra être réglé en "Slave" (SLV). Si la carte mère est compatible avec ce mode de fonctionnement, les deux périphériques peuvent aussi être réglés en position "Cable Select" : en pratique, il est bien plus sûr de régler soi-même le périphérique qui sera en "Master" et celui qui sera en "Slave".

    Les informations pour positionner le ou les cavaliers seront présentes sur une face du périphérique IDE : elles peuvent être directement dans la matière du périphérique (C) ou mentionnées sur une étiquette.

    Si votre disque dur hébergeant votre système est sur la même nappe IDE qu'un autre périphérique, il conviendra de le régler en "Master" alors que l'autre périphérique sera réglé en "Slave".

    Connecteurs et nappes IDE

    La nappe IDE (A) comporte deux connecteurs rapprochés et un troisième plus isolé : ce dernier, généralement bleu, est celui à brancher dans le connecteur de la carte mère (D). Les deux autres, généralement gris et noir, peuvent être utilisés à votre guise pour brancher un ou des périphériques, qu'ils soient réglés en "Master" ou "Slave".

    Enfin, les ports IDE comportent très généralement un détrompeur mais en l'absence de ce dernier sachez que le bord coloré de la nappe (liseré rouge généralement) est à orienter du côté de la broche n°1 du connecteur, laquelle broche n°1 sera toujours mentionnée aussi bien sur la carte mère que sur le périphérique.

    Une fois les réglages "Master" ou "Slave" effectués, repérez la position des détrompeurs sur le périphérique ainsi que sur la nappe et sur le connecteur d'alimentation molex (B) et insérez les dans le périphérique (E). Il vous reste à brancher l'autre extrémité de la nappe dans un port IDE de la carte mère (D).

    Si les nappes IDE sont généralement assez faciles à brancher (il n'y a pas lieu de forcer particulièrement), le connecteur d'alimentation Molex peut lui se révéler bien plus difficile à insérer. Si besoin forcez mais soyez attentifs à ne pas endommager le périphérique au niveau du connecteur, ceci du fait d'un effort mécanique trop important.

    Enfin, rangez soigneusement les nappes IDE dans votre boîtier afin qu'elles n'entravent pas la circulation d'air.



.

Cliquez sur le titre de l'upgrade de PC portable que vous voulez consulter ou cliquez sur le "+" ci-contre à droite pour tous les consulter.

  • Ajouter de la mémoire :

    Pour rappel, la mémoire des PC portable est de type SO-DIMM et donc pas au même format que la mémoire de PC desktop.

    Souvent, un PC portable dispose de 2 slots mémoire et si la mémoire d'origine n'occupe qu'un seul emplacement il est d'autant plus abordable d'en ajouter. Plus rares, certains transportables de jeu (17" ou plus) disposent de 4 slots mémoire. A contrario, sur les ultra portables (12" et moins) il n'y aura souvent qu'un seul slot mémoire accessible. Enfin, sur certains ultra portables la mémoire est soudée ce qui rend alors tout upgrade mémoire impossible.

    Si les slots mémoire de votre PC portable sont remplis, il vous faudra acquérir une ou des barrettes de plus grande capacité afin de remplacer la mémoire en place. En terme de capacité finale comme de coût, ce cas de figure est bien entendu moins intéressant que d'ajouter une barrette dans un slot vide.

    Pour identifier le nombre de slots et barrettes mémoire présentes dans votre machine l'idéal reste de l'ouvrir mais alternativement vous pouvez utiliser un logiciel comme CPU-Z. Ce dernier pourra aussi identifier le type et la vitesse de votre mémoire actuelle et ainsi vous aider à choisir quelle mémoire acquérir pour upgrader votre PC Portable. Outre le type et la vitesse, vous devez aussi vérifier dans la documentation constructeur de votre PC portable quelle est la capacité maximale de mémoire supportée. Pour faire le choix de votre nouvelle barrette mémoire ou simplement le valider, vous pouvez demander de l'aide sur le forum.

    Afin d'upgrader votre PC portable, vous devez accéder aux slots mémoire. Pour ce faire, après avoir enlevé la batterie si elle est amovible, il vous faut souvent dévisser un cache à l'arrière de la machine comme illustré dans la vidéo. La manipulation ne présente généralement pas de difficulté sur les Portables (15") et Transportables (17" et plus) alors qu'elle peut être bien plus technique du fait de plasturgies difficiles à déclipser sur certains très portables (14" et 13.3") et ultraportables (12" et moins).

    Dans tous les cas, vous devez nécessairement consulter la documentation du constructeur du PC Portable (souvent dénommée aussi "Service Manual") qui vous indiquera quelle est la procédure à suivre.

    Une fois le slot mémoire accessible, retirez si besoin la barrette en place en écartant les ergots métalliques latéraux comme visible dans la vidéo. Une fois libérée, la barrette se soulève à environ 30° et vous pouvez la sortir en respectant cet angle. Toujours en respectant cet angle de 30° et la position du ou des détrompeurs au niveau du connecteur, présentez la nouvelle barrette et appuyez fermement afin de faire entrer les contacts cuivrés du connecteur dans le slot mémoire. Ce n'est qu'après qu'ils aient disparus dans le slot mémoire que vous pouvez appuyer sur la barrette mémoire (comme visible dans la vidéo) ce qui permettra aux ergots métalliques latéraux de se clipser et de maintenir la barrette mémoire en place.

    Il vous reste à revisser le cache à l'arrière de la machine et à vérifier que vous avez effectivement plus de mémoire vive disponible, via, par exemple, les propriétés système de Windows.

  • Changer le disque dur ou SSD (2.5" ou M.2) :

    Pour rappel, les disques durs des PC portables sont au format 2.5" et donc pas au même format que ceux des PC desktop. Les SSD sont disponibles au format 2.5" mais aussi au format M.2 avec en plus une compatibilité SATA ou PCI-E qu'il faudra vérifier selon votre PC Portable.

    Certains PC portables fins n'acceptent pas les périphériques 2.5" de 9.5 mm d'épaisseur. Si la grande majorité des SSD 2.5" actuels sont d'épaisseur 7mm, seuls certains disques durs 2.5" sont à ce format et donc vous serez attentifs à vérifier ce point.

    Vous devez donc déterminer le type de disque dur ou SSD que votre PC portable acceptera. Pour ce faire vous pouvez consulter la documentation du constructeur de votre machine et demander de l'aide sur le forum.

    Certains PC portables (15" et plus) disposent d'un emplacement libre au format 2.5" ou M.2 et dans ce cas il vous suffira d'ouvrir la machine pour installer le nouveau disque dur ou SSD. A contrario, vous devrez enlever le disque dur ou SSD en place afin de le remplacer par un modèle de plus haute capacité.

    Dans le cas d'un premier SSD dans la machine, afin de la rendre sensiblement plus réactive et confortable, il convient que le SSD porte le système d'exploitation et les programmes. Pour ce faire vous avez deux choix :

    - Réinstaller votre OS puis vos programme sur le SSD. Si votre système d'exploitation est ancien, le moment peut être opportun pour migrer vers un système plus récent.

    - Transférer votre OS actuel et ses programmes vers le nouveau SSD. Pour cela, il faut bien évidemment que l'espace occupé sur la partition système soit inférieur ou égal à l'espace disponible sur le SSD. Si tel est le cas, l'opération est possible via l'usage d'un logiciel de clonage (parfois fourni avec le SSD).

    Avec ce type de logiciel il vous suffit de monter temporairement le SSD (dans une station d'accueil ou boîtier externe USB). Suite au transfert, il reste à monter le SSD en interne en lieu et place de l'ancien disque dur. De là, la machine redémarrera sur le SSD et vous pourrez remonter l'ancien disque dur dans le même boîtier externe USB afin de l'utiliser en disque externe de sauvegarde ou de stockage.

    Afin d'upgrader votre PC portable, vous devez accéder à l'emplacement disque dur. Pour ce faire, après avoir enlevé la batterie si elle est amovible, il vous faut souvent dévisser un cache à l'arrière de la machine comme illustré dans la vidéo. La manipulation ne présente généralement pas de difficulté sur les Portables (15") et Transportables (17" et plus) alors qu'elle peut être bien plus technique du fait de plasturgies difficiles à déclipser sur certains très portables (14" et 13.3") et ultraportables (12" et moins).

    Dans tous les cas, vous devez nécessairement consulter la documentation du constructeur du PC Portable (souvent dénommée aussi "Service Manual") qui vous indiquera quelle est la procédure à suivre.

    Une fois le disque dur 2.5" accessible, dévissez si besoin la vis de fixation de son berceau. Sortez le berceau contenant le disque dur, désolidarisez ce dernier de son berceau puis fixez-y le nouveau disque dur ou SSD 2.5". Remontez l'ensemble dans le PC Portable.

    Dans le cas d'un SSD M.2, comme illustré dans la vidéo ci-dessus, il suffit de présenter le SSD légèrement en diagonale (30° environ) en respectant l'alignement du détrompeur présent sur le connecteur du SSD et dans le slot M.2. Ceci fait, il faut l'enfoncer dans le slot M.2 en appuyant légèrement puis, tout en le maintenant à l'horizontale, le fixer à la carte mère du PC portable via une vis placée à son extrémité.

    Il vous reste à revisser le cache à l'arrière de la machine. Dans le cas d'un nouveau disque système et si vous aviez cloné votre ancien disque dur ou SSD, votre machine doit redémarrer sur le nouveau disque dur ou SSD. Dans la négative, vous devez re-installer votre système d'exploitation.



.